Combinaison de plongée

La combinaison de plongée est un vêtement isothermique porté par les adeptes de plongée sous-marine, les chasseurs sous-marins et les apnéistes pour se protéger du froid.

En plongée sous-marine, les pertes caloriques sont importantes en raison des échanges thermiques entre l’eau et la peau des nageurs. Il est donc nécessaire de se protéger, de manière plus ou moins complète, en fonction de la température de l’eau, de la profondeur et de la durée de la plongée.

Composition

Les combinaisons de plongée sont faites pour la majorité de néoprène, une matière caoutchouteuse noire, d’épaisseur variable (de 1 à 8 mm) qui préserve le plongeur du froid tout en lui permettant une certaine liberté de mouvement.

Le néoprène est généralement recouvert sur une ou deux faces par un tissu de lycra ou d’une autre matière élastique.

Combinaison humide

La combinaison humide a la particularité de laisser entrer l’eau. Cette fine couche d’eau, entre la peau et la combinaison, se réchauffe au cours de la plongée. Mais la circulation de l’eau, provoquée par les mouvements, tend à remplacer le fluide réchauffé.

En général elle se compose d’une veste, d’un pantalon et d’une paire de chaussons. On peut y adjoindre une paire de gants et une cagoule.

Néanmoins, actuellement, la tendance est au combi constitué d’une combinaison intégrale monopièce, d’une cagoule amovible et d’un shorty (combinaison courte). Cet ensemble modulaire permet ainsi de plonger en mer tropicale comme en mer tempérée.

Une « souris de plongée » est une combinaison de plongée à manches courtes ou longues destinée à protéger du froid (plongeurs et surfeurs essentiellement…)

combi_humide

Combinaison étanche

La combinaison étanche a la particularité de ne pas laisser entrer d’eau du tout. On peut en trouver trois modèles différents, la combinaison en néoprène, la combinaison en néoprène compressé, et la combinaison en trilaminé composée de trois couches de tissus différents avec un pouvoir isolant moindre mais avec une résistance accrue aux déchirures. Un inflateur relié à la bouteille par l’intermédiaire du détendeur permet d’y injecter de l’air. Ce mécanisme évite au plongeur de subir l’écrasement du vêtement lors de l’augmentation de la pression (qui induit donc une diminution du volume). Le gaz ainsi ajouté permet de former une couche d’air qui servira d’isolant thermique. Ce volume additionnel a pour avantage de pouvoir ajuster sa flottabilité mais, en raison de la configuration de la combinaison, peut aussi être un inconvénient : l’air pouvant circuler librement à l’intérieur, peut se concentrer dans le bas du corps et entrainer une remontée incontrôlée, les pieds vers le haut.

combi_seche

Une purge pipi peut être ajoutée afin d’évacuer l’urine hors de la combinaison étanche durant la plongée.

La combinaison étanche est souvent complétée par le port d’une ou plusieurs couches de vêtements en dessous, configuration quasiment même inévitable avec une trilaminée en raison de son absence de pouvoir isolant.

Les plongeurs techniques qui utilisent du trimix ou de l’héliox, en raison de la grande conductivité thermique de l’hélium, utilisent souvent une petite bouteille d’argon (plus cher mais meilleur isolant que l’air) et un détendeur séparé pour gonfler leur combinaison.

Laisser un commentaire