Le requin-tigre

Le requin-tigre (Galeocerdo cuvier) est une espèce de requin de la famille des carcharhinidés et l’unique représentant du genre Galeocerdo.

Le requin-tigre fait partie des plus grandes espèces de requins. Il mesure généralement de 3 à 4 mètres, pour un poids moyen de 500 kg. On le trouve dans les océans tempérées et tropicaux. C’est un requin solitaire, chassant en général de nuit. Il possède une nageoire caudale hétérocerque, fine et pointue. Son corps brun-gris est strié de rayures verticales sombres, particulièrement visibles chez les jeunes spécimens. Ce sont ces rayures qui lui valent le nom de requin-tigre.

Le requin-tigre compte parmi les espèces de requins dangereuses pour l’homme. Il est d’ailleurs classé comme second dans les attaques perpétrées sur les êtres humains, derrière le grand requin blanc. Néanmoins, les attaques de requin sont très rares.

Taxonomie

Le requin-tigre a été décrit pour la première fois par Péron et Lesueur en 1822 sous le nom de Squalus cuvier. Il est renommé Galeocerdo tigrinus par Müller et Henle en 1837. Comme tous les carcharhiniformes dont il est le plus grand spécimen, il possède une membrane nictitante sur l’œil, deux nageoires dorsales, une nageoire anale et cinq rangées de branchies.

Taille et anatomie

Le requin-tigre mesure en général de 3 mètres à 4 mètres, pour un poids allant de 385 à 635kg. Néanmoins, les plus grands spécimens de requin-tigre peuvent dépasser les 5 mètres. Il s’agit souvent de femelles. Le plus imposant requin-tigre répertorié fut une femelle pêchée en 1957: elle mesurait 7m40 pour un poids de 3 110 kilos. De par ces records de dimension, ce spécimen de requin-tigre est plus grand et plus lourd que les plus grands des grands requins blancs observés dans le monde (aucun spécimen de cette espèce de plus de 7m n’a jamais été capturé).

La couleur de la peau du requin-tigre varie du bleu au vert clair sur le dos et du blanc au jaune clair sur le ventre. Il possède des rayures sombres sur le dos qui sont particulièrement visibles lorsqu’il est jeune et qui tendent à disparaître avec le temps. Comme la plupart des requins, le requin-tigre possède des organes sensoriels très développés. Parmi ceux-ci, le ampoules de Lorenzini qui permettent de détecter les champs électriques, notamment ceux émis par une proie et la ligne latérale qui permet de détecter les vibrations et les mouvements dans l’eau. Il possède aussi un tapetum lucidum situé au fond de la rétine qui lui permet à l’instar des chats d’amplifier la lumière et de voir dans l’obscurité. Tous ces organes sensoriels sont adaptés à son activité de chasse principalement nocturne.

L’immobilisation de ses nageoires pectorales peut entraîner chez lui un état catatonique passif.

Répartition et habitat

Son habitat est côtier et pélagique. Il est présent dans toutes les mers tropicales et subtropicales, avec une préférence pour les eaux à forte turbidité (estuaires, lagons, ports), de la surface à – 350 mètres. Il est très présent dans les Caraïbes, dans l’océan Indien et dans les îles du Pacifique. Il est solitaire et résident ou semi-résident autour de certaines îles volcaniques, évoluant néanmoins parfois en petits groupes. Bien que non océanique, il lui arrive d’opérer de grandes traversées entre les îles, notamment dans le Pacifique. Son activité est principalement nocturne. Le jour, il rejoint les eaux profondes et n’en sort que quand la nuit tombe pour chasser.

Alimentation

Le requin-tigre est probablement le moins spécialisé des requins. Peu sélectif, il est parfois considéré comme une véritable poubelle des mers, avalant toutes sortes de choses sans discernement, notamment des objets issus de l’industrie humaine. On a ainsi retrouvé toutes sortes d’objets dans l’estomac de spécimens pêchés : bidons, cannettes, sacs plastiques ou encore plaques d’immatriculation. Ce manque de discernement est l’une des raisons de sa dangerosité : il est susceptible de dévorer l’homme au même titre que d’autres proies.

Du fait de son manque de sélectivité, son activité de prédation inclut de nombreuses proies: possions, dauphins, dugongs, tortues de mer, serpents de mer et même parfois, des baleines, surtout si elles sont malades ou mourantes. Le requin-tigre est considéré comme un superprédateur. Lorsqu’il chasse, le requin-tigre a tendance à nager lentement et à accélérer brutalement lorsqu’il est proche de sa proie.

Reproduction

Le requin-tigre est le seul ovovivipare de la famille des carcharinidés. Sa période de gestation est proche de 1 an. Les œufs fécondés restent dans le ventre de la femelle jusqu’à l’éclosion. Une femelle peut porter jusqu’à 40 petits de 50 cm chacun. Il atteint sa maturité vers l’âge de 4 ans.

Conservation

Comme tous les grands requins, le requin-tigre est une espèce menacée. Chaque jour, plus d’une centaine de requins tigre est tuée et l’espèce désormais menacée, même si son inscription n’est toujours pas effective.

Danger pour l’homme

Le requin-tigre est considéré comme particulièrement agressif du fait de son peu de sélectivité pour ses proies. Il est souvent impliqué dans des attaques sur l’homme. Néanmoins, ces attaques demeurent rares en valeur absolue. En effet les morsures de requins sont très rares : toutes espèces confondues, on ne recense pas plus de 80 cas par an dans le monde entier, dont moins de 5 cas mortels. Ses attaques ne sont pas volontaires et gratuites, elle surviennent majoritairement sur des surfeurs ou des personnes tentant de les nourrir ou de les approcher brutalement.

Laisser un commentaire